Témoignages

Merci à  toute l' équipe qui œuvre avec vous pour  qu' Epistola soit le lien entre les régions et des personnes si éloignées ; mais qui arrivent à tisser des liens amicaux pour rompre la solitude.
grace à Epistola ; j' ai rencontré un couple de 83 ans de la région parisienne venu chez moi à 3 reprises ; maintenant, pour moi, mes enfants et petits enfants ; il fait partie de la famille... petit miracle d ' une relation épistolaire!
j' ai eu la surprise dernièrement de ... recevoir des vœux de bonne année ! pas courant , si tard !
la carte venait d' Algérie, ce monsieur, me disait avoir reçue une de mes cartes de l' opération vœux tardivement ; qu' il me présentait donc les siens et en espérant que je voudrai bien correspondre car en fauteuil roulant , la solitude était pesante .... surprise du facteur donc ; grâce à Epistola... une main s' est tendue vers moi ; que j' ai bien entendu acceptée de serrer!
ces 2 petites anecdotes pour vous dire  que ce que vous fâites , vous ne le savez peut etre pas ; mais vous permettez de belles rencontres; que ce soit par lettres , mails, tels, rencontres...  et je pense qu' il en est de même pour beaucoup d' adhérents  et adhérentes.
Colette Juin 2017.

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Quoiqu'il en soit je resterai fidèle à Epistola qui a changé ma vie de solitaire. Encore merci

Monique Novembre 2016

 

______________________________________________________________________________________________________________________

 

Je voulais vous dire, en toute simplicité, que ma rencontre avec l'association a changé ma vie.

Jacqueline Mai 2016.

____________________________________________________________________________________________________________________

Peu importe l'âge, il est important de se savoir entouré, de pouvoir être écouté, de pouvoir rencontré les autres , de pouvoir parfois même se disputer. la solitude est très égalitaire.

Elle ne fait pas attention au portefeuille à la couleur de la peau, à l'âge ni au sexe.

La solitude est hélas pour tous.

Tant de personnes souffrent de ce fléau de ne compter pour personne.

Quelques minutes de conversation, un petit service, une délicate attention, un aiguillage vers tel ou tel cercle , association, activité..

Tant d'outils peuvent être utilisés pouressayer de combattre ce fléau.

Aussi n'ayez pas peur de rejoindre Epistola.

Vous êtes attendus    on vous attend     un petit clic   une petite lettre    et hop   de nouvelles relations.

Un message laissé par Jean Claude en ce premier mai 2016.

Témoignage de Gisèle sur l'AG 2016

À l'arrivée, deux personnes exceptionnelles que  vous ne connaissez pas physiquement vous accueillent avec gentillesse et simplicité. (Un week-en où elles ne transfèreront pas les mails de la messagerie.) Vous avez deviné de qui il s'agit ? Monique manque à l'appel, mais on a bien pensé à elle.
Tout roule bien… c'est le déjeuner… on y file avec joie, les tables sont complètes et l'on sait déjà qu'on sera bien tout au long de ce court week-end  si bien organisé par nos hôtesses ; Nicole et Bénédicte.
           Tout le monde se parle, se mélange, échange, mange et boit un petit vin rouge pas trop guilleret pour un vin dont je ne suis pas sûre qu'il fut de Loire. En tout cas, il ne "caillait"pas sur le jabot. Il avait du corps pour accompagner viandes et fromages. Les fondants aux noix ou au chocolat ont fait l'unanimité. On ne sait pas si cela fondait dans la main mais dans le gosier, c'était garantie "sur facture".
           Puis il y eut Marguerite… gracieuse, heureuse, comblée pour cet anniversaire "grand-âge" qu'en secret, on espèrait bien tous atteindre avec la tête aussi claire et les jambes toujours valides.
           Parmi l'Assemblée, une  maman avec ses trois enfants. Les filles, sourire aux lèvres distribueront les billets de tombola tous gagnants.
          Alors OUI ! Toutes ces têtes, majoritairement blanches, la bouche fendue d'un sourire ont reçu leurs lots avec des yeux pétillants de plaisir. Surtout lorsqu'un homme gagnera une paire de torchons de cuisine, moi un couteau en plastique dont nous cherchons encore l'usage, et marrant aussi le numéro trois sortant deux fois.  Les gros lots ne pourront pas trouver gagnante plus méritante, cela nous a remplis de joie. C'était chaleureux, joyeux et insouscient.

          N'oublions pas la soirée cartes, Jean-Pierre nous initia au  : bonne humeur assurée. Je comptais les points, me mélangeant un peu les pédales au début, puis prenant de l'assurance, je pouvais dire avec certitude Anne  5 ; Nicole - 2 ; Claude - 4 ; Lucien + 8 ; Jean-Pierre + 11. Rigolomanie répétée tout au long du jeu. Lucien totalisant  le maximum de points fut le gagnant.
A 9 heures quarante-cinq nous avons abandonné les hommes pour un bon "roupillon" sur un matelas moelleux.
           Bien dormi !
           A midi nous eûmes l'agréable surprise de trouver à côté de notre assiette, un raffiné paquet de bonbons, miel, pin etc... Je n'ai su résister, je suis allée embrasser Ève,
pour ce geste de générosité gratuite.
           La généreuse Marie-France nous "prêta" son mari Jean-Pierre qui nous fit visiter la place Rouge et en l'honneur de ce lieu célèbre et historique, nous entonnâmes en choeur (en lisant sur l'écran) la chanson de Gilbert Bécaud ; "Natalie".
Nous ferons quelques jeux collectifs amusants et intelligents, nous  rechanterons et moi je partirai avec dans la tête la chanson de Bourvil "la
Tendresse", et rendue chez moi,  je m'endormirai avec.

  ******

C'était Assemblée Générale d'Epistola
pour l'année 2016. .
J'ai fait connaissance avec des gens qui m'ont plus, que je sais pouvoir aimer  d'humanisme pur, dans le respect et la considération. Jamais je n'oublierai la RICHESSE et LA DOUCEUR de cette Assemblée Générale et ceux qui l'ont composée.
       M E R C I        A         T O U S  !

 

Témoignage de Bernadette sur l'AG 2016

J’ouvre cette messagerie après mon retour de l’AG.

Quel beau Souvenir j’en garderai.

Tout était réuni… beauté des lieux, très bonne organisation, ambiance chaleureuse, de la joie, de l’ entrai ’aide, très bon état d’esprit,

Nombreux échanges très positifs etc……je n’ai ressenti que du beau et du bien. Je suis contente et ravie  d’y avoir participé.

J’ai vécu cette AG comme un séminaire qui m’a fait du bien et beaucoup apporté.

Je ne terminerai pas ce mail sans oublier de remercier tous les organisateurs,

Et félicité Nicole et Bénédicte pour la réussite de cette AG (l’organisation, très bonne animation, un mot pour chacun, personne

Ne se trouvait isolé, etc ……)

Sauf imprévu, je ferai en sorte de ne pas manquer la prochaine AG.

 

Remerciements

à toute votre équipe qui nous fait tellement de bien au moral. Vous nous êtes indispensables, vous le savez, j'espère ! Merci, merci pour tout ce bien, et continez, ne changez jamais car, dans ce monde si cahotique, vous êtes notre bouée de sauvetage pour continuer et espérer.

Josette  Noël 2015

 

Chers amis d'Epistola,

Merci à vous d'être là.

Vous êtes comme des fleurs sur le chemin de la vie.

Michèle L. Décembre 2015.

La messagerie Epistola pour ne plus se sentir seul.

 

Je savais qu'en adhérant à Epistola je pourrais communiquer par mail avec quelques personnes, mais là je suis comblée, c'est au-dessus de mes espérances. Je vous dois un trés GRAND MERCI car depuis hier ma messagerie se remplit sans cesse. MERCI MILLE FOIS. Nicole.

 

Une main tendue peut sauver

 

Mes Amis,

 

Vous m’avez sauvé la vie.    Vous êtes surpris … ?    Je m’explique !

Lors de mon adhésion en 1991, j’étais désespérée par les malheurs qui me tombaient sur la tête, mais vraiment anéantie,  en bas, plus bas que bas… Je ne donnais pas cher de ma peau.                           

Puis, j’ai lu une annonce dans un journal. Je ne sais plus lequel. Epistola  …  Je me suis abonnée et j’ai reçu «Partages». Cela a produit un déclic. Cela m’a permis de me rattacher à la vie. J’ai considéré cela comme une main tendue qui me disait «On est là»

J’ai réalisé que nous étions tous reliés les uns aux autres comme une chaîne ; qu’il existait des personnes aussi malheureuses que moi sinon plus, que je pouvais, moi aussi, faire quelque chose. J’ai écrit à quelques personnes. Ce fut une libération. Jusqu’à l’an passé j’ai écrit à une personne qui doit être décédée car sans réponse à présent et âgée. Pendant 20 ans, nous nous sommes écrit, sans nous voir. Ce n’est pas beau ça ?

A partir de mon adhésion, j’attends avec impatience votre grande enveloppe. C’est une bouffée d’air frais, gaie, chaleureuse et « vraie »

 

Oui, Epistola m’a sauvé la vie. Vous savez, il ne faut pas grand-chose parfois. Il n’y a pas de hasard. Epistola est arrivé juste au moment où ma vie ne pesait pas lourd.

 

Etant donné que je réfléchis et observe beaucoup, cela m’a fait voir qu’il y a toujours autour de soi, une main tendue, un fil à attraper sous quelque forme que ce soit. Le problème est que souvent, trop matérialiste, on ne le voit pas.

J’ai attrapé votre main, en l’occurrence votre enveloppe et je me suis remontée petit à petit. Soyez en remerciés tous.

C’est-à-dire, les choses de l’esprit ne s’expliquent pas. C’est comme cela. L’esprit est pourtant l’essentiel, c’est la racine, la base de tout être humain. On a perdu l’essentiel de la vie, c’est pourquoi on se noie désespérément sans jamais atteindre la rive.

 

Le mot de la fin : L’essentiel, c’est quoi ? C’est la vie … et la vie c’est quoi ? … c’est l’amour. L’amour de son prochain, des êtres, des choses, de la nature ; probablement que j’ai senti de l’amour dans votre enveloppe, au travers de vos écrits et c’est ce qui m’a rattachée à la vie. Ça paraît incroyable, mais pourtant c’est réel.

Il ne faut pas grand-chose pour basculer d’un côté ou de l’autre. Sans doute que voir mon nom sur l’enveloppe m’a suggéré que quelqu’un, quelque part, pensait à moi, que j’existais pour quelqu’un.

 

Je vous envoie mes bonnes ondes car cela aussi, ça existe

Merci à tous                                            Pierrette B

 

LES BELLES RENCONTRES D’EPISTOLA

 

A une période de ma vie, où tout était brouillard, j’ai eu l’heureuse inspiration de m’inscrire à Epistola. J’ai senti très vite la chaîne d’amitié et d’entraide qu’animait cette association.

Une adhérente de ma ville m’a contactée et c’est ainsi que j’ai eu le grand plaisir de connaître Robert Patot. Il a eu la gentillesse de m’introduire dans son univers, ses amitiés, en toute simplicité et ma vie s’est égayée. Nous aimions beaucoup la musique et nous nous retrouvions pour de beaux concerts en compagnie d’autres amis. J’appréciais beaucoup  cet homme délicat, sensible et tellement attaché aux vraies valeurs et à Epistola.

Un appel de sa parenté m’apprenait la terrible nouvelle. Robert nous a quittés le 12 janvier victime d’un A.V.C. Je veux rendre hommage à cet ami qui a été un témoin de l’esprit Epistola sachant apporter Partage, Amitié, Ecoute.

Cher Robert, je ne vous oublierais pas et je vous garderais dans mon cœur en vous disant Merci.                   Colette G

 

Madeleine C , d’EPISTOLA-FRANCE

 

         Je suis née à la campagne, dans le Cher, et y ai tenu une ferme avec mon mari jusqu’en 1982..

.        Nous nous sommes alors installés à Lignières, dans une maison avec jardin... En 1988, mon fils unique, célibataire, décédait accidentellement... Et mon mari en 1994... Je me suis alors retrouvée absolument seule... C’est ce qui m’a poussée vers l’association Epistola-France, à laquelle je dois beaucoup... Elle m’a procuré des ami(e)s de plume très aimables, fidèles et sincères... Je tiens beaucoup à ces amitiés !... Nous échangeons sur nos vies respectives, bien sûr, au passé, présent, futur... Chacun(e) d’entre nous aime notamment à faire partager les coutumes de sa région... Quatre de ces correspondant(e)s, trois dames et un monsieur, m’ont rendu visite, à ma plus grande joie..

 

          Oui, les amitiés créées à distance, à partir des voies associatives, peuvent être de grande qualité... nous renvoyant parfois aux événements les plus forts de notre vie ; ainsi, le correspondant qui m’a rendu visite, agriculteur divorcé, a l’âge qu’aurait mon fils...

 

          Peut-être ces amitiés reflètent-elles ce que l’on est soi-même ?... Trouver des satisfactions dans ces échanges suppose déjà que l’on soit, soi-même, fidèle en amitié !

 

EPISTOLA est une famille                                                                                                              

Partageant les peines du cœur                                                                                              

Illustrant tout ce qui brille                                                                                                                

Solidarité et grandeur                                                                                

Tolérance : ouverture de l’âme                                                                                              

Oubli de soi, tendre la main                                                                                                        

La joie du don comme programme                                                                                     

Amour, amitié son jardin.

Marie France B.

 

Partageons ces instants                                                                                                    

De l’an neuf à Noël                                                                                                    

Où l’on épie longtemps                                                                                           

Le préposé de la veille

Qui garnira nos boîtes                                                                                                     

De bons mots et de lettres                                                                                  

Ecrits par une patte                                                                                          

D’amoureux de la lettre.

 

Partageons la revue                                                                                                         

Qui est chère à nos cœurs                                                                                                    

Là, à perte de vue                                                                                                   

Soyons les diffuseurs

 

De cet apostolat                                                                                                    

Mais bien doux et léger                                                                                       

De cet Epistola                                                                                                        

Qu’on ne saurait manquer

Luc P.